Riders of the storm...there's a killer on the road...

Chanson des doors. Hé oui ça parait facile mais vos superbes roches pleines de vie et vos boutures amèneront des êtres ô combien désirables mais aussi de redoutables prédateurs qu'il vous faudra éliminer. Pour moi, en balade sur les forum, comme reef-guardian, ce fût la découverte et l'explication d'un petit claquement que j'entendais de temps en temps: une squille. Elle peut être magnifique, ce qui n'est pas mon cas, mais c'est surtout un tueur très puissant qui se sert de ses pattes pour casser un peu tout ce qu'il trouve de comestible. Les petites coquilles de mes bernards l'hermite en portent encore les stigmates. Les crabes, autres indésirables, serviront d'amuse-gueule, tant que la squille n'est pas trop grosse car cela peut être pire (PAS TOUCHE A MES POISSONS!). Voici une photo grappillées sur le net, je n'ai aperçu la mienne qu'une fois, tentant de briser une grosse coquille, et l'animal est très malin, l'attraper relève de la gageure, on ne l'y prend pas deux fois...On dit qu'elle peut produire un souffle de la puissance d'un calibre 22 et elle est surnommée "casseur de pouce" en anglais...Thumb splitter...Nice to have ?

La plus jolie:

squille_multicolore_tete

Et la mienne a le mauvais goût de n'être que verte! Je désespère de l'attraper un jour.

Autre petit désagréments, l'apparition de planaire. Comble de richesse, j'ai les blancs et les rouges. Ces derniers sont plus ennuyeux car symbiotiques et se multipliant par division; en plus ils deviennent assez gros. Un bon article dessus:

http://nanozine.blogspot.comnanozine.blogspot.com/2007/05/jai-des-planaires-pas-sure.htmljai-des-planaires-pas-sure.html

Je ne vais pas remettre des photos, vous verrez tout là. Pour l'élimination, j'ai opté pour une méthode bio: un prédateur, chelinodura varians. Non seulement ce nudibranche est magnifique mais il est efficace. Voilà une vidéo que j'ai mis en ligne, où on la voit en chasse manger un planaire blanc:

Enfin tout ça, c'était avant le drame bien entendu (Dubosc). Je suspecte la squille de me les avoir boulotté. La chelinodura est sensible au courant et ne mange que des planaires. Une fois votre bac débarrassé, il faudra en faire don à un autre récifaliste, sous peine de la voir périr de faim et d'emboucaner le bac.

Je ne parle pas des nombreux crabes que vous verrez sortir la nuit. D'aucun sont utiles car algivores, ou bien le crabe corail qui filtre l'eau. Les autres, dehors, si vous réussissez à les capturer à l'aide d'un simple piège type nasse.

Ah j'allais oublier les petites anémones de verre. Ces pestes se multiplient rapidement et sont extrêmement urticantes. Le corail le plus agressif n'a aucune chance contre elles. Heureusement, les lysmata wundermanii s'en délectent donc elles sont un choix à privilégier si vous compter héberger des crevettes. J'en ai pris trois, je suis d'ailleurs surpris que la squille n'ai pas jeté son dévolu sur elles, car elles sont assez timides et quasi tout le temps cachées dans la roche. J'en ai même une qui porte des oeufs. Et plus d'aïptaisia.

@+